Quelles sont les étapes du MDT (Méthode McKenzie®) ?

MDT (Méthode McKenzie®) 

Assessment

Le bilan

EvaluationPour commencer l’évaluation, le praticien s’appuie sur un historique détaillé de vos symptômes, et sur la façon dont ils surviennent et sont affectés par vos activités quotidiennes. On vous demandera ensuite de réaliser certains mouvements ou de maintenir certaines positions. Une des étapes la plus spécifique de l’examen MDT est de vous faire répéter les mouvements plutôt que de ne les exécuter qu’une seule fois. La manière dont vos symptômes et vos amplitudes articulaires évoluent en fonction de la répétition des mouvements fournit des informations essentielles au praticien sur la nature de vos maux.

Classification

La classification

Toutes les classifications ont des définitions cliniques précises et mutuellement exclusives pour permettre une identification aisée. Lors des tests cliniques, l’interrogatoire et la réponse symptomatique du patient permettent d’identifier chaque syndrome en fonction de ses spécificités. Le MDT propose un système de classification complet. Le groupe « AUTRES » est par nature hétérogène et comprend divers sous-groupes avec, en particulier, les pathologies graves (cancer, fractures etc.), toutes les pathologies non-mécaniques (par ex. la spondylarthrite ankylosante), les syndromes de douleurs chroniques « vraies » (dans lesquels le problème mécanique n’est plus prépondérant) etc.

Assessment

Management/Traitement

Treatment

A partir des informations obtenues lors du bilan, le praticien formé en MDT établira un protocole spécifique d’exercices. Ces exercices contribueront à réduire, puis abolir les douleurs traitées afin de récupérer les amplitudes articulaires. Votre praticien vous montrera aussi précisément les postures à adopter, et celle qu’il vous faut éviter temporairement. S’il s’agit d’un problème un peu plus complexe, le praticien utilisera parfois, ponctuellement, des techniques de thérapie manuelle en complément des exercices. L’auto-traitement à la maison restera cependant la partie la plus importante de la guérison : un exercice que l’on peut réaliser soi-même 5 ou 6 fois par jour a plus de chances d’aboutir à un résultat rapide qu’un traitement administré par un clinicien 1, 2 ou même 3 fois par semaine. Dans cette approche l’efficacité est conditionnée par l’implication du patient, qui devient l’acteur principal de sa guérison. Faire l’expérience de soulager ses douleurs soi-même, dès le départ du traitement, permet de retrouver confiance dans la capacité d’autogérer son corps à moyen et long terme. La plupart des patients peuvent s’auto-traiter avec succès, à condition d’avoir les connaissances et les outils nécessaires pour le faire.

Assessment

Prévention

Apprendre à « s’auto-traiter » pendant l’épisode de douleurs en cours permet d’acquérir des compétences pour minimiser les risques de récidive. Cela permet également de gérer précocement et rapidement les éventuelles récurrences de façon sûre et efficace. L’objet de cette approche est de vous redonner le contrôle de votre corps, et de reprendre confiance en lui. Dans le cadre de douleurs persistantes ou récurrentes, l’efficacité de l’auto prise en charge est très supérieure aux soins passifs.

Il existe des praticiens formés au MDT dans près de 40 pays à travers le monde. Parce que les exercices prescrits doivent être basés sur une évaluation précise, il est important de rechercher un praticien titulaire de l’examen de compétence ou du diplôme en MDT. Trouver un praticien proche de chez moi.